Prix Européen de l'Essai 2019 : Siri Hustvedt

Siri Hustvedt. Photo © Marion Ettlinger
Photo © Marion Ettlinger

Le 41ème Prix Européen de l’Essai est décerné à Siri Hustvedt pour son livre
Les Mirages de la certitude, paru chez Actes Sud

Rencontre publique avec Siri Hustvedt
vendredi 5 avril à 12h15 à l’aula IDHEAP de l’Université de Lausanne

Cérémonie de remise du Prix
jeudi 4 avril 2019 à 18h au Lausanne Palace

COMPLET - Plus d'inscription possible.

Introduction : Cyril Veillon, président de la Fondation
Motivations du Jury : Joëlle Kuntz, membre du jury
Laudatio en l’honneur de la lauréate : Jean Claude Ameisen, médecin, directeur du Centre d’Études du Vivant à l’Université Paris Diderot
Conférence en anglais de Siri Hustvedt
(le texte de la conférence traduit en français sera à disposition des auditeurs)
Apéritif et séance de dédicace de l'auteure

 

Remise du prix organisée avec
UNIL Université de LausanneVille de LausanneBVB&CIE Gérants de fortuneLausanne Palace

 



À propos de l’auteure

La romancière et essayiste américaine Siri Hustvedt publie son premier livre Les Yeux bandés en 1992. Ses romans suivants, dont Tout ce que j’aimais (2003), Un Été sans les hommes (2011) ou Un Monde flamboyant (2014), connaissent un succès international.

Dans son premier essai La Femme qui tremble (2010), elle livre son expérience et ses recherches lorsqu’elle tente de comprendre sa maladie mystérieuse. Vivre Penser Regarder (2013) rassemble des conférences et des articles sur ses thèmes de prédilection, mêlant littérature, philosophie, psychologie et neurosciences. Comment voyons-nous, nous souvenons-nous, ressentons-nous? Comment interagissons-nous avec les autres? Que signifie dormir, rêver et parler? La synthèse unique des connaissances de Siri Hustvedt dans de nombreux domaines redynamise le nécessaire dialogue entre les sciences humaines et les sciences de la vie. Elle contribue avec rigueur et élégance narrative à approfondir notre compréhension d’une énigme séculaire: Que signifie être humain?

Les Mirages de la certitude replace dans une perspective très actuelle le problème du rapport corps/esprit qui hante la philosophie occidentale depuis la Grèce antique. Siri Hustvedt tourne son regard à la fois précis et critique sur la manière dont cette question a occupé la pensée contemporaine dans les domaines des neurosciences, de la psychiatrie, de la génétique, de l’intelligence artificielle ou encore de la psychologie évolutionniste.

 

Les Mirages de la certitude - Siri Hustvedt - Actes Sud, 2018 THE DELUSIONS OF CERTAINTY - Siri Hustvedt - Simon & Schuster

 

« En écrivant cet essai, mon souhait était surtout de montrer au lecteur, de la façon la plus claire possible, que les questions portant sur la nature de l’“esprit” par opposition au “corps” restent ouvertes, et sont loin d’être tranchées. Assez tôt, au cours de mes aventures dans le champ des neurosciences, j’ai été amenée à poser des questions simples aux scientifiques que je rencontrais. Pourquoi se servent-ils d’expressions comme “corrélats neuronaux”, ou, plus déconcertant encore, “représentations neuronales”? De quoi ces neurones sont-ils le corrélat, ou la représentation? Pourquoi toutes ces métaphores empruntées à l’informatique pour décrire des actions du cerveau? Leurs réponses étaient tout sauf claires. La problématique corps/esprit est un vaste sujet – c’est le moins qu’on puisse dire. Mais mon intention, à travers cet essai, n’est pas d’en résumer l’histoire, ni de résoudre la question: il s’agit bien plutôt d’attirer l’attention du lecteur sur les différentes façons dont cette vieille énigme philosophique influence les débats contemporains en de nombreux domaines. (…) Je me suis donc donné pour mission de mettre en évidence les myriades d’incertitudes qui subsistent et de montrer que chaque discipline, qu’elle appartienne à la famille des sciences dites “dures” ou à celles que l’on qualifie de “molles”, est en partie tributaire d’éléments qui transcendent les frontières de la rationalité – à savoir le désir, la croyance, et l’imagination. »
Siri Hustvedt

Publié par la Fondation Veillon le 25 février 2019